Madame Chacha

Le pruneau porte une chemise Merveilles, un sweat shirt Nils et un jean Levis, la prune porte une chemise Oona l'ourse, un gilet Marucho et un jean Soeur, la prunelle porte un body teinture "potiron" maison, cache coeur en alpaga made in poppyrose, legging et chaussettes "sucre roux", Bonpoint, chaussons Filament.

Le temps file, et je me rends compte que, vraiment, passer suffisamment de temps sur l'ordinateur pour bidouiller des images et écrire un semblant de texte devient un luxe que je ne peux (veux ?) plus m'offrir. La frontière est mince entre vouloir et pouvoir. Disons que j'ai fait un choix : mon bébé passe avant tout le reste. Et mon bébé, comme tous les bébés du monde, est mieux au chaud dans mes bras que toute seule dans son petit lit. Pourtant, et cela s'est passé comme un petit miracle sans le moindre heurt, elle y dort la nuit, dans son lit.

Suivant les périodes, calme ou de pleine croissance, elle fait d'ailleurs des nuits plus ou moins hachurées. Je suis passée par des semaines de 22h-minuit-4h-8h. Puis 3 nuits de 22 ou 23h jusqu'à 8 ou 9h du matin ! La grosse poussée des 10 semaines arrivant, nous sommes repassées à une tétée toutes les 2 heures, et là ça se re-stabilise déjà... Le truc, avec ces poussées de croissance et ces tétées frénétiques qui les accompagnent, c'est de se rappeler que ça ne dure pas, et qu'il faut juste attendre patiemment que le bébé et la composition de notre lait se remettent au diapason ! La nuit, nous la déposons donc dans son lit, dans la pièce à côté mais porte ouverte, et elle ne pleure absolument pas. Elle s'endort paisiblement.

Dès les premiers petits bruits de succion dans l'air (le bébé rêve du sein et mime la tétée dans son sommeil :)), je me réveille et vais délicatement la chercher, de sorte qu'elle ne ressente quasiment jamais l'urgence de pleurer pour nous faire comprendre un message.

C'est le calme, le zen, la paix, la plénitude absolue... quelques ronchonnades pour la forme quand elle trouve qu'on exagère à la laisser dans son babyrelax alors qu'elle préfère voir le monde d'en haut, dans nos bras, mais sinon, elle n'est que sourires et observations mystérieuses. Donc, j'y reviens, elle passe ses nuits dans son lit (quand elle ne tète pas) et ses journées dans nos bras. Et moi, l'ordinateur, je ne l'ouvre quasiment pas. Je reste connectée sur mon smartphone, via facebook, instagram et pinterest... mais bloguer, c'est compliqué ! Je vais tout de même essayer de me tenir à cette photo mensuelle des 3 prunes...

A part ça, de nouvelles et magnifiques rencontres sur facebook ce mois-ci (elles se reconnaîtront si elles passent par ici), les 40 ans de mister brown, le pruneau qui, après avoir peint un sublime tableau pour l'anniversaire de son papa, s'est re-blessé le poignet droit, l'aménagement de la petite chambre qui avance (nouvelle armoire, nouvelle suspension qui était mon cadeau de Noël), j'ai encoooore raté playtime, à mon grand désespoir, mais bien sûr je me console en me rappelant que le principal est là, bien au chaud, dans ce petit rôti d'amour que je ne me lasse pas d'observer, de câliner, de bisouter, d'écouter (c'est fou le nombre de choses qu'elle a à dire, de "crâa" à arrrri"... avec l'air d'attendre qu'on la comprenne... "je ne suis pas folle vous savez"*, mon bébé me paaaarle !!! ;)). La regarder me bouleverse tellement que parfois je retiens (ou pas) mes larmes, en me disant que ça ne tourne pas très rond là-dedans (la pauvre petite ne sait pas encore où elle est tombée...)...

*hein Pascale ? ;)