3256752028_7854277065

Voilà un moment que je ne vous ai pas fait partager un coup de coeur qui n'ait rien à voir avec la mode enfant. Si je vous parle aujourd'hui de Let the right one in -Morse en français- c'est sans doute parce que ce film m'a bouleversée aux larmes. Sans doute un peu, aussi, parce que la photographie de cette oeuvre est à se taper le derrière par terre (quelle claque esthétique ! Ça donne une envie folle d'aller en Suède, où tout semble posséder un supplément d'âme, à commencer par la lumière).

3256746934_b62742f93f3256741704_1e4064908d

Sans doute, enfin, parce que les deux petits héros, Oskar et Eli, m'ont mis près de 30 ans dans la vue façon Proust, en deux heures de looks eighties époustouflants.

 3255919303_fd7c091c9e

Mais attention : si l'auteur possède une capacité de distanciation de la violence qui apporte une touche poétique, presque comique, aux scènes les plus gores (le meurtre foireux dans le parc au début du film possède un côté "clown blanc"), le film n'en reste pas moins fort, bien au contraire, et il faut avoir l'estomac bien accroché pour encaisser la violence dont Oskar est le témoin et la victime.

 3256744992_e1bc80c21f

En clair, Morse est un film magnifique avec beaucoup de sang, de pulls en jacquard et de mobilier Ikea vintage.

morse2_resize

Morse, un film de Tomas Alfredson