(chais pas, elle a sans doute déjà été faite celle-là... j'ai fait de mon mieux ! ;-))

OK, taguée plusieurs fois, je ne peux plus me dérober : c'est partiiiii !

1/je mange invariablement le matin un bol de Nesquick et des tartines (peu importe le support : pain de mie, biscotte, croissant... comment ça, beurk ?!?) de beurre demi-sel et Marmite... et invariablement, quand nous prenons le petit-déjeuner ensemble, ça soulève le coeur de mon pitimari... je n'oublie évidemment pas mon mini-pot de voyage quand je me déplace... appelez-ça de la perversité si vous voulez !

2/je parais facilement 5 ans de moins (il arrive fréquemment qu'on m'en donne même 10 de moins... celles qui me connaissent pourront témoigner que je ne fais pas ma crâneuse ;-)), ce qui me vaut régulièrement des poilades intérieures, genre les représentants de l'église machin-chouette qui sonnent à la maison et me demandent si mes parents sont là... (ce à quoi je réponds invariablement non, vous vous en doutiez... ou alors il faut que je m'ennuie ferme et que j'aie du temps à perdre... parfois ça m'amuse de leur faire perdre patience... mon côté sadique peut être ? Il faut dire que j'ai beaucoup de mal avec les prosélytes en tout genre ;-))

3/Mr Brown et moi nous sommes connus au lycée, il était mon meilleur ami. Nous avons séché ensemble tous les cours de philo de terminale, on préférait refaire le monde dans les couloirs du lycée. Ca ne m'a pas empêché de cartonner au bac dans cette matière (heureusement :  je passais juste un bac littéraire, quoi !).

4/Je suis fanatique du groupe Pink Floyd, à tel point que nous avons fait le pied de grue pendant environ 10 heures à Chantilly avant l'ouverture des portes pour le concert... et grâce à un sprint digne de Steve Austin (Mr Brown court comme un dieu du stade), nous avons obtenu une place au premier rang. Ca paraît bête, mais avec 99 998 personnes derrière nous, on a ressenti une drôle de satisfaction ! Je n'ai pas d'album préféré, je les adore tous hormis le tout dernier. Ils ont accompagné ma vie dans ses moments les plus forts. Les plus douloureux aussi. Aujourd'hui j'ai plus de mal à m'y replonger : l'émotion est trop violente face au temps perdu... très proustien tout ça !

5/J'ai eu une période hardos. Une période grunge rigolote, aussi, quelques années plus tard, où, un rien fofolle, je m'habillais aux puces de Clignancourt pour 3 francs 6 sous et adorais piocher dans les fringues babos de maman, comme je vous le racontais il y a quelques semaines. Non, là je vous parle d'un look hard-trash-death-metal, attention ça rigole pas : j'avais le perfecto avec les patchs Slayer (n'oubliez pas de mettre le son à fond avant de cliquer sur le lien) et Sepultura, une collection de t-shirts Metallica et Iron Maiden qu'à mon avis, chez Colette, ça part une fortioune aujourd'hui, des rangers défoncées aux pieds (je les ai toujours, d'ailleurs... c'est pour moi comme les ballerines Repetto pour d'autres ;-)) et je prenais un air lugubre en écoutant mon walk-man dans la rue. Franchement ? Je devais faire peur aux mamies...

                          rangers_2_resize

6/Transition idéale pour mon point suivant : j'ai retrouvé quelqu'un de mon passé grâce aux blogs. Enfin c'est pas vraiment ça, on était pas copines... mais on gravitait dans le même univers puisqu'elle était dans le même collège nogentais que moi, et qu'elle partageait les mêmes amoureux que ma cousine. Elle venait parfois chez mon oncle et ma tante et "flippait veu-gra" devant les posters d'Iron Maiden dont ma cousine et moi décorions amoureusement les murs... apparemment, d'après ce qu'elle me dit, nous l'avons initiée au hard rock. Bon, là, elle a plutôt changé d'univers...

7/Il m'arrive d'affubler la chair de ma chair de surnoms débiles et totalement affligeants mais qui me font fondre, du genre "mes p'tites crottes d'amour", "mes crottins de chèvre", "mes crottes en chocolat"... (je donne visiblement beaucoup dans la matière fécale, point de vue surnoms... allo docteur Freud ?!?), qui font dresser les cheveux sur la tête de ma maman (qui, pourtant, n'est pas bégueule). Enfin elle s'est habituée, depuis.

Voilà... je me demande si j'ai pas confondu avec les confessions inavouables, en fait... tant pis ! Alors qui veut et n'a-pas-déjà... prend la suite, genre Pouic Pouic, tiens, au fait !